Les lacs d'Etival
Étival

Les lacs d'Etival

Lacs, rivières et cascades
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion

Entre lacs, tourbières secrètes et paysages sauvages.


Les 23 patrimoines à découvrir

  • Point de vue

    Belvédère du Mont Pelan

    Dans le village des Crozets, magnifique belvédère (1000m) avec vue sur la chaîne du Haut-Jura et le Mont Blanc. Table de lecture de paysage. Accessible à pied. Vous voilà en forêt pour gravir la pente vers le Mont Pelan. Après cinq cents mètres d’ascension parfois rude, le sommet est atteint, mais l’endroit n’est plus « pelé » et, entre les épicéas et les ifs millénaires, il vous faudra redescendre sur le rebord de la falaise dénudée pour profiter du panorama: à vos pieds, tout en bas, le village, serti dans son creuset douillet, d’où son nom, semble assoupi sous la couche de neige isolante. Puis, plus loin sur la corniche, repère des chamois agiles et craintifs, dont vous n’apercevrez sans doute que les traces abondantes, vous atteignez le belvédère : la table d’orientation décline tous les sommets des Monts-Jura et les points de vue particuliers des alentours, de la Faucille aux Monts du Mâconnais, en passant par la Croix des Couloirs et la Roche d’Antre. Par temps clair, vous distinguez même les Dents du Midi et la pointe du Mont-Blanc, plein Est. Point pratique: Accessible à pied – 10 minutes de marche depuis la route
  • Géologie

    Combe de Nanchez

    Imprégnez-vous de l’ambiance particulière de la Combe de Nanchez. Vallée creusée au cœur d’un mont, une combe est le résultat d’une longue histoire naturelle et humaine. Elle est dominée de chaque côté par des versants escarpés: les crêts. Laissez votre regard apprécier la diversité de la flore et découvrir les premières fermes isolées, les vastes prairies et les tourbières en fond de vallée. Les vestiges d’un téléski vous invitent désormais à imaginer ces paysages complètement enneigés. Le point nature Si vous ouvrez l’œil, vous remarquerez peut-être des droséras. Cette petite plante carnivore piège les insectes grâce à des cils recouverts d’une glue contenant une substance digestive. Cette adaptation lui permet de se procurer des apports complémentaires dans ce milieu où les racines peinent à trouver suffisamment de nourriture.
  • Histoire et Patrimoine

    Chapelle des Piards

    Faites une pause dans votre parcours pour découvrir la chapelle des Piards en contrebas du village : regardez, admirez. Ici, plus de 500 ans d’histoire défilent devant vous! Erigée en 1484, la chapelle Saint-Rémi des Piards témoigne, de la manière la plus authentique qui soit, du temps durant lequel des colons suisses sont venus défricher la combe d’Anchez. Son clocher abrite d’ailleurs la plus ancienne cloche en activité dans le diocèse de Saint-Claude, bénie le 4 décembre 1488. Le point pratique Autrefois les voies de communications pour assister aux offices pouvaient être complexes en raison des chemins difficiles d’accès. Aujourd’hui, il est possible de visiter la chapelle tous les vendredis soirs : RDV à 18h sur place. En attendant, écartez-vous du chemin pour découvrir ce monument.
  • Point de vue

    Belvédère du Duchet

    Perché à 971 m sur l’anticlinal du Bois de la Joux, il domine la Combe d’Anchey ou Combe de Prénovel-Les Piards. Pour les géologues, il s’agit d’une véritable combe: creusée dans un mont par l’érosion. La douceur des pentes est due à l’action du glacier qui a déposé des moraines. Cette combe est aujourd’hui exploitées en prairies de fauche. Le Bief de Nanchez, ou Bief d’Anchey, qui serpente au pied du belvédère, a retrouvé ses méandres depuis 2016, ce qui freine l’écoulement des crues au bénéfice de la biodiversité et des rivières en aval. Vous découvrez du nord au sud différents hameaux : Prénovel de Bise, les Belbenoîts, les Janiers (avec l’église), Les Fans et Les Berrods. Au Sud, on distingue le village des Piards, aux maisons beaucoup plus groupées.
  • Milieux naturels

    La tourbière de Nanchez

    Une tourbière se caractérise par un sol constamment gorgé d’eau, où se forme et s’accumule de la tourbe, une sorte de litière constituée de la végétation morte, mal décomposée du fait de l’absence d’oxygène. Les conditions de vie dans ces milieux sont exigeantes… ce qui oblige les espèces qui y vivent à s’adapter à l’omniprésence de l’eau, à un climat plutôt froid et à la composition chimique du sol.
  • Flore

    La Droséra

    Cette petite plante carnivore piège les insectes grâce à des cils recouverts d’une glue contenant une substance digestive. Cette adaptation lui permet de se procurer des apports complémentaires dans ce milieu où les racines peinent à trouver suffisamment de nourriture.
  • Flore

    L'Airelle des marais

    Cette fausse myrtille apprécie les milieux légèrement acides, c’est pourquoi on la trouve dans les tourbières bombées ou en cours d’assèchement. Ses baies comestibles, à maturité en milieu d’été, sont moins sucrées que celles de la myrtille.
  • Flore

    La Callune

    Ses racines produisent des sécrétions toxiques qui limitent l’implantation d’autres espèces. Elle est souvent appelée fausse bruyère.
  • Faune

    Le Cuivré de la bistorte

    C’est un papillon typique des zones boréales, que l’on peut trouver ici! Les adultes volent essentiellement en mai et début juin. Les femelles pondent en se glissant à reculons sous les feuilles de la Renouée de la bistorte. La chenille effectue tout son développement sur la face inférieure de cette feuille.
  • Flore

    La Linaigrette

    Leur houppe soyeuse ne correspond pas au stade de la fleur, mais à celui du fruit : les aigrettes qui la constituent servent au transport des graines par le vent.
  • Flore

    Le Pin à crochet

    Dans le Jura, on le trouve presque exclusivement en tourbière : sa silhouette touffue, ses aiguilles courtes et groupées par deux, le crochet situé sur les écailles de ses cônes sont les caractères permettant de l’identifier.
  • Milieux naturels

    Tourbière du Bief de Nanchez

    Laissez-vous guider: vous n’avez qu’à suivre le sentier de découverte des tourbières aménagé par le Parc National Régional du Jura pour mieux connaître la richesse de ce milieu humide. Traversez la forêt, cheminez sur un parcours en caillebotis, découvrez et observez les plantes propres à ce milieu grâce aux panneaux d’information qui le jalonnent. Ici, le milieu acide, froid et humide favorise l’épanouissement de plantes comme l’orcette, la myrtille, la callune, les sphaignes, l’andromède sous-arbrisseau protégé, le saule à cinq-étamines ou encore les pins à crochets. Vous pourrez varier les découvertes au gré des saisons. C’est quoi exactement, une tourbière? «Une tourbière se caractérise par un sol constamment gorgé d’eau, où se forme et s’accumule de la tourbe, une sorte de litière constituée de la végétation morte, mal décomposée du fait de l’absence d’oxygène»(www.life-tourbieres-jura.fr). Ce milieu d’un grand intérêt écologique est aussi exigeant pour les espèces qui y vivent, qui doivent s’adapter à des conditions de vie particulières (omniprésence de l’eau, climat plutôt froid et composition chimique du sol).
  • Histoire et Patrimoine

    Le couronnement des murets

    Le faîtage des murs en pierres sèches, ou couronnement, permet de maintenir et de stabiliser les parements (parties visibles d'un mur). Sans quoi les pierres, notamment du haut, finiraient par tomber. Ici, on peut observer une technique de faîtage où de grandes pierres plates relativement fines, appelées lauses, sont posées verticalement, et sont souvent stabilisées par des cales dans les intervalles.
  • Histoire et Patrimoine

    Atelier de tournerie

    Plus qu'un lieu de travail, un abri rudimentaire pour les artisans, l'atelier est, pour les gens qui l'ont occupé, un lieu investi, à la fois intime et public.
    Entre les outils usés, sur les plans de travail où des sciures de bois sont repoussées d'un coup de paume, c'est là que s'est construit le savoir-faire dans la clarté des grandes fenêtres poussiéreuses.
  • Savoir-faire

    Le bois et la tourbe

    Si l'exploitation forestière a toujours été très présente dans la région, les fluctuations du contexte économique et social au fil de l'Histoire ont modelé le paysage qui a alterné entre épaisses forêts et étendues cultivées. 
    À partir du 17ème siècle et jusqu'au 20ème siècle, l'accélération de l'exploitation des forêts (le bois servant de combustible pour les activités économiques comme les forges) poussa les paysans à utiliser la tourbe comme combustible pour leurs usages domestiques.
  • Histoire et Patrimoine

    Évolution de la vie, évolution du bâti.

    La maison rurale fut d'abord celle de l'agriculteur-éleveur à l'intérieur de laquelle cohabitaient hommes et animaux. À partir du 18ème siècle, la spécialisation fromagère et la mise en commun du lait dans les structures coopératives, "les fruitières", font sortir l'agriculteur d'une économie d'autosubsitance. Du point de vue du bâti, la ferme tend à s'agrandir : on la rehausse d'un étage pour y aménager des chambres, on la dote parfois d'une seconde étable pour être en mesure d'accueillir plus d'animaux...
  • Faune

    Le Pic noir

    Le pic noir, la tête calottée de rouge, est le plus grand pic d’Europe, de la taille d’une corneille, noire elle aussi. Au printemps, il est facilement repéré par son «kru kru kru» puissant, qu’il émet en vol. Il creuse de grandes loges ovales, souvent dans les hêtres, qui pourront être réutilisées par la chouette de Tengmaln l’année suivante.
  • Lacs et Rivières

    Lac de la Fauge

    Ca y est, vous avez déniché le discret lac de la Fauge, lové dans son écrin de verdure. On dirait qu’il se cache au fond du vallon, au-dessus des lacs d’Etival. Serti dans sa ceinture forestière, c’est un lac tourbeux qui est une illustration des premiers stades de formation des tourbières. Vous tomberez sous le charme de sa nature discrète, sauvage et mystérieuse. Regardez de plus près. Ses eaux recèlent une grande variété de flore aquatique, et notamment deux espèces protégées: le petit nénuphar et le nénuphar du Jura.
  • Faune

    Le Chamois : À chaque saison sa toison

    Le pelage du chamois varie selon les saisons; en hiver, sa toison prend une teinte variant du brun foncé au noir, qui lui permet de capter la chaleur; alors que l’été, il est beige ou brun clair. Mais il n’y a pas que la couleur qui varie! L’hiver, l’épaisseur de son pelage est plus importante afin de le protéger du froid, il peut atteindre 10 à 12 cm contre seulement 3 à 4 cm l’été, après la mue.
  • Point de vue

    Belvédère des lacs d'Étival

    Le belvédère donne sur les deux lacs au caractère sauvage et préservé qui couvrent le fond du vallon. Les glaciers qui recouvraient le Jura lors de la dernière glaciation ont disparu il y a environ 18000 ans. Leur poids et leurs mouvements ont parfois creusé le terrain en dépressions plus ou moins grandes, qui à la fonte et à la faveur des moraines glacières, se sont remplies d’eau pour former des lacs.
  • Lacs et Rivières

    Belvédère des lacs d'Etival

    Offrez-vous une vue imprenable sur les lacs d’Etival. En premier plan: le Grand Lac et le Mont paradis, en face de vous: le joli petit village d’Etival, sur votre droite: le Petit Lac. On est bien ici… Tous les sons se retrouvent dans la nature. Dans ces reliefs calcaires, la moindre vibration se fait note : ici les sites sonores sont légions, ouvrez grand vos oreilles sur l’étonnant concerto des paysages jurassiens. Les sons émis dans cette jolie combe sont amplifiés par la falaise, et surtout grâce au lac. Ce site à écho simple allie qualité paysagère et qualité acoustique. Il est utilisé pour l’accueil de manifestations culturelles.
  • Lacs et Rivières

    Grand lac d'Etival

    Les glaciers qui recouvraient le Jura lors de la dernière glaciation ont disparu il y a environ 18 000 ans. Leur poids et leurs mouvements ont parfois creusé le terrain en dépressions plus ou moins grandes, qui à la fonte et à la faveur des moraines glacières, se sont remplies d’eau pour former des lacs. C’est le cas des lacs d’Etival. Ce lac unique, bordé de prairies et de forêts lui donnent un cachet différent de celui des autres lacs jurassiens. Découvrez un lac sauvage avec un environnement magnifique, préservé par sa configuration et la rudesse du climat local, pour le grand plaisir des promeneurs et des naturalistes. D’ailleurs, peut-être aurez-vous la chance d’apercevoir un lynx dans les parages… Le point sportif En hiver, après une longue période de gel, il est possible de faire du patin sur les lacs après «que le lac hurle », c’est à dire une fois que la couche d’air entre le lac et la glace se soit évacuée. La prudence reste de mise.
  • Site sonore

    L'écho des lacs

    Tous les sons se retrouvent dans la nature. Dans ces reliefs calcaires, la moindre vibration se fait note: ici les sites sonores sont légions, ouvrez grand vos oreilles sur l’étonnant concerto des paysages jurassiens. Les sons émis dans cette jolie combe sont amplifiés par la falaise, et surtout grâce au lac. Ce site à écho simple allie qualité paysagère et qualité acoustique. Il est utilisé pour l’accueil de manifestations culturelles.

Description

Un véritable voyage au cœur de l’eau… 
Aux pieds de longues falaises boisées s’étirent, romantiques, les deux lacs d’Étival, reliques des glaciers qui ont couvert et raboté le Jura. Partez aussi à la rencontre du Jura sauvage, ses forêts et ses tourbières. Chut… avancez doucement pour observer une harde de chamois cachés dans la roche.
  • Départ : Etival - Nanchez
  • Arrivée : Etival - Nanchez
  • Communes traversées : Étival, Les Crozets et Nanchez

Profil altimétrique


Zones de sensibilité environnementale

Le long de votre itinéraire, vous allez traverser des zones de sensibilité liées à la présence d’une espèce ou d’un milieu particulier. Dans ces zones, un comportement adapté permet de contribuer à leur préservation. Pour plus d’informations détaillées, des fiches spécifiques sont accessibles pour chaque zone.

Grand tétras

Le Grand Tétras est une espèce emblématique des forêts de montagnes françaises. Son apparence et son comportement font de lui un oiseau très atypique. Pouvoir l’observer relève d’un vrai défi, tant cet oiseau est discret, mais s’avère être un souvenir mémorable.

En hiver, son activité est réduite au minimum. Il passe la quasi-totalité de la journée perché dans un arbre et consomme uniquement des aiguilles de sapin. Une nourriture très peu énergétique. Cette période est critique pour sa survie. Un oiseau subissant un dérangement régulier va puiser dans ses maigres réserves et finir par en subir les conséquences. Sa sensibilité à la prédation aura augmenté, ou bien il dépérira simplement à cause du manque d’énergie. Une autre période critique prend place du printemps au début de l’été avec la couvaison. Si la poule est surprise plusieurs fois, elle va abandonner le nid et laisser ses poussins seuls, sans protection. La survie des jeunes étant déjà très faible naturellement, ce phénomène accentue, d’autant plus, ce risque de mortalité chez les jeunes oiseaux.

Les pratiques qui peuvent avoir une interaction avec le Grand tétras en période de nidification sont principalement les pratiques sportives terrestres comme la randonnée, le ski, le VTT.
Domaines d'activités concernés :
Manifestation sportive, Terrestre
Périodes de sensibilité :
janv.févr.marsavr.maijuindéc.
Contact :
Parc naturel régional du Haut-Jura
29 Le Village
39310 Lajoux
03 84 34 12 30
www.parc-haut-jura.fr

RNR des tourbières du Bief du Nanchez

La Réserve naturelle régionale des Tourbières du Bief du Nanchez représente 49 hectares et toute une mosaïque paysagère (milieux prairiaux, forestiers et tourbeux). Situé au fond de la Combe du Nanchez, le complexe tourbeux est traversé par les cours d’eau du Nanchez et de Trémontagne. Inscrit au site Ramsar « Tourbières et lac de la montagne jurassienne », il constitue un ensemble caractéristique des tourbières du Haut-Jura.

> L’accès, la circulation et le stationnement des véhicules et engins, motorisés ou non motorisés, sont interdits sur le territoire de la Réserve Naturelle,
> Les chiens et animaux domestiques doivent être tenus en laisse à l’intérieur de la Réserve Naturelle. La circulation et le stationnement des chiens et animaux domestiques sont strictement interdits en dehors des sentiers balisés et voies réservées à cet effet,
> Sur l’ensemble de la Réserve Naturelle, le bivouac, le campement sous tente, dans un véhicule ou sous tout autre abri est interdit,
> Sur l'ensemble de la Réserve Naturelle, toute cueillette est interdite,
> La pratique des activités sportives ou de loisirs est interdite en dehors des itinéraires autorisés à la circulation et au stationnement des personnes.
> Les manifestations sportives ou de loisirs sont interdites sur l’ensemble du territoire de la Réserve Naturelle. Toutefois, des dérogations peuvent être accordées par le (la) Président(e) du Conseil régional après avis du Comité Consultatif et du Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel.
Domaines d'activités concernés :
Aerien, Aquatique, Manifestation sportive, Souterrain, Terrestre, Vertical
Périodes de sensibilité :
janv.févr.marsavr.maijuinjuil.aoûtsept.oct.nov.déc.
Contact :
Conservateur : Laurane Palanchonl.palanchon@parc-haut-jura.fr Parc Naturel Régional du Haut-Jura29 le village39310 LAJOUX03 84 34 12 30

APPB CORNICHES CALCAIRES - SUR LES LACS D'ETIVAL

FR3800859 - Corniches calcaires du département du Jura 
 
Espèces concernées : Faucon pèlerin, Hibou grand-duc, Tichodrome échelette, Harle bièvre, Grand Corbeau, Choucas des tours, Faucon crécerelle, Martinet à ventre blanc, Hirondelle des rochers et Hirondelle de fenêtre.  
 
Afin de garantir l'équilibre biologique des milieux nécessaires à la reproduction, l'alimentation, le repos et la survie de l'espèce concernée, il est instauré un arrêté préfectoral de protection de biotope sur les lacs d'Etival sur la commune d'Etival. 
 
Dans ce périmètre, est interdit pendant la période de reproduction (du 15/02 au 01/07) : 
 
   - Le survol à moins de 150 m des parois rocheuses part tout aéronef, y compris engins volant téléguidé 
   - La pratique de l'escalade, y compris la descente en rappel 
   - Les activités de canyoning et de spéléologie 
   - La pratique de toute activité bruyantes (motorisation, sonorisation) 
  
Merci d'éviter le secteur pour permettre la reproduction des espèces. 
Domaines d'activités concernés :
Aerien, Souterrain, Vertical
Périodes de sensibilité :
févr.marsavr.maijuin
Contact :
LPO BFC - DT Franche-Comté 
Mail : franche-comte@lpo.fr  
Tel : 03 81 50 43 10 
Site : www.bfc.lpo.fr 

APPB CORNICHES CALCAIRES - ROCHES DE L'ABATEY

FR3800859 - Corniches calcaires du département du Jura 
 
Espèces concernées : Faucon pèlerin, Hibou grand-duc, Tichodrome échelette, Harle bièvre, Grand Corbeau, Choucas des tours, Faucon crécerelle, Martinet à ventre blanc, Hirondelle des rochers et Hirondelle de fenêtre.  
 
Afin de garantir l'équilibre biologique des milieux nécessaires à la reproduction, l'alimentation, le repos et la survie de l'espèce concernée, il est instauré un arrêté préfectoral de protection de biotope sur les Roches de l'Abatey sur la commune des Crozets. 
 
Dans ce périmètre, est interdit pendant la période de reproduction (du 15/02 au 01/07) : 
 
   - Le survol à moins de 150 m des parois rocheuses part tout aéronef, y compris engins volant téléguidé 
   - La pratique de l'escalade, y compris la descente en rappel 
   - Les activités de canyoning et de spéléologie 
   - La pratique de toute activité bruyantes (motorisation, sonorisation) 
  
Merci d'éviter le secteur pour permettre la reproduction des espèces. 
 
Domaines d'activités concernés :
Aerien, Souterrain, Vertical
Périodes de sensibilité :
févr.marsavr.maijuin
Contact :
LPO BFC - DT Franche-Comté 
Mail : franche-comte@lpo.fr  
Tel : 03 81 50 43 10 
Site : www.bfc.lpo.fr 

Recommandations

Boucle Jurassic Vélo Tour

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :